ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Médecine et Chirurgie du Pied

Foot Medicine and Surgery
0759-2280
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 31/4 - 2015  - pp.124-128  - doi:10.1007/s10243-015-0421-3
TITRE
Place du forage du talus dans l’ostéonécrose avasculaire : à propos d’un cas et revue de la littérature

TITLE
The Place of Talus Drilling in Avascular Necrosis: a Case Study and a Literature Review

RÉSUMÉ

Le talus est le deuxième grand os du tarse, son réseau vasculaire est très précaire, le type II de la classification de Hawkins expose à un risque de 20 à 50 % d’ostéonécrose avasculaire (ONA).

En janvier 2013, M. L.K., âgé de 30 ans, a été victime d’un polytraumatisme comportant en particulier une fracture type II, selon la classification de Hawkins modifiée par Canale et Kelly, du col du talus gauche confirmée au TDM. Cette fracture a été ostéosynthésée par un vissage à ciel ouvert. À dix mois, le patient rapportait des douleurs à l’appui, une IRM a été demandée qui confirme le diagnostic ONA du talus. Il a été pratiqué un forage par une mèche canulée 3,2 mm, puis réalisé deux trous avec une décharge de trois mois ; par la suite, le patient a rapporté une disparition de la douleur.

L’ostéonécrose du talus est la conséquence de l’interruption vasculaire induite par les arrachements capsuloligamentaires et par la fracture, mais aussi par la chirurgie. La radiographie standard joue toujours un rôle crucial dans l’évaluation de l’ONA du talus, Tezval et al. confirment l’intérêt du signe de Hawkins comme excellent prédicteur de la vascularisation du talus après une fracture. Thordarson et al. ont évalué l’intérêt de l’IRM dans le suivi de l’ostéosynthèse à ciel ouvert du talus, et ils en ont déduit qu’il faut trois à six semaines pour évaluer une modification des images IRM. C’est Horst et al. qui ont décrit la technique de forage. Il est indiqué que dans les stades I et II, ils utilisent soit une mèche de petit calibre de 1,5 à 2 mm, soit une mèche de 4,0 mm. Avec la première, ils pratiquent plusieurs trous, alors qu’avec la seconde, ils utilisent deux à quatre trous par une voie postérolatérale, entre les tendons fibulaires et le tendon calcanéen, rarement par voie latérale ou médiale.

L’ONA est parmi les complications majeures des fractures de l’astragale. La radiographie standard, suivie de l’IRM, reste un examen de choix aidant à une prise en charge précoce où le forage garde une place primordiale dans l’arsenal thérapeutique, assurant de bons résultats cliniques et radiologiques pour les stades I et II, mais nécessitant une maîtrise de la technique et un suivi étroit des patients.



ABSTRACT

The talus is the second largest tarsal bones, with very precarious vascular network, the type II Hawkins classification, exposed to a risk of 20–50% of avascular necrosis.

In January 2013, L.K., a 30-year-old patient, presented a polytraumatism, with a type II fracture of the neck of the left talus confirmed by computed tomography (CT) and classified by Hawkins, amended by Canale and Kelly. The fracture has been fixed by screwing in open reduction with internal fixation. After 10 months, the patient reported pain. Magnetic resonance imaging (MRI) was requested to confirm the diagnosis of talar osteonecrosis, and the surgical decision was to place a drill bit with a cannulated 3.2 mm making two holes associated with the end of a splint for 2 weeks with a non-weight-bearing instruction for 3 months. The patient then reported pain relief.

The osteonecrosis of the talus is not only the consequence of vascular disruption induced by lesions of the talar capsule, but also by surgery. Plain radiography still plays a crucial role in the diagnosis. Tezval et al. confirmed the value of the sign of Hawkins as an excellent predictor of vascularization of the talus after a fracture. Thordarson et al. have evaluated the interest of MRI in monitoring osteosynthesis. Horst et al. described the drilling technique. It is indicated in stages I and II of talar osteonecrosis, or they use a bit of small pins from 1.5 to 2.0 or 4.0 mm. They realize with the first several holes, while with the 4.0 mm drill, they use 2–4 holes posterolateral route between the fibular tendons and the calcanues tendon, rarely by lateral or medial direction.

Avascular osteonecrosis is one of the major complications of fractures of the talus. Plain radiography, followed by MRI remains a modality of choice to help early care where drilling retains a prominent place in order to obtain a good clinical and radiological result for stages I and II, but need mastery of technique and close monitoring of patients.



AUTEUR(S)
A. KHARRAJI, M. ERRAJI, A. DERFOUFI, N. ABBASSI, R. ABDELILLAH, A. DAOUDI, O. AGOUMI, H. YACOUBI, A. NAJIB

MOTS-CLÉS
Ostéonécrose, Talus, Forage

KEYWORDS
Osteonecrosis, Talus, Drilling

BIBLIOGRAPHIE
archives-mcp.revuesonline.com/revues/57/10.1007/s10243-015-0421-3.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (753 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier