ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Médecine et Chirurgie du Pied

Foot Medicine and Surgery
0759-2280
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 20/3 - 2004  - pp.65-71  - doi:10.1007/s10243-004-0019-7
TITRE
Tendinopathies des muscles fibulaires, traitement par synovectomie débridement. Intérêt du ténoscanner

TITLE
Tendinopathies of fibular muscles and their treatment by synovectomy carding. Interest of the Tenoscanner

RÉSUMÉ

Les tendinopathies des fibulaires latéraux sont une pathologie relativement fréquente mais encore peu connue. Il faut y songer devant toute symptomatologie douloureuse, avec ou sans instabilité, de la face externe de la cheville.

Dans notre série, elles surviennent sans distinction de sexe. Par contre, elles touchent préférentiellement les sujets d’une cinquantaine d’années et on note également une nette prédominance chez les sujets atteints d’un surpoids. En ce qui concerne nos patients, il semble que les symptômes se manifestent principalement lors d’antécédents de chirurgie au niveau de la cheville ou du pied : dans 18 cas.

Contrairement à d’autres études et bien que l’étiologie traumatique soit reconnue comme prédominante dans cette pathologie, seuls 15 de nos sujets sur trente-neuf présentent une étiologie traumatique retrouvée à l’interrogatoire et 6 autres pratiquent un sport de manière régulière.

Le ténoscanner permet une visualisation directe des tendons et des structures avoisinantes et l’opacification met en évidence les fissures longitudinales. Nous avons 30 ténosynovites, 24 fissures tendineuses et 3 conflits ostéotendineux.

Certaines fissures n’ont pu être décelées du fait des difficultés de diffusion du produit de contraste mais il n’a été constaté aucun faux positif. En effet, toute anomalie visualisée lors de l’examen a été confirmée par le diagnostic per-opératoire.

En cas de pathologie chronique, après échec d’un traitement conservateur bien suivi et confirmation de la pathologie par la ténotomodensitométrie, un geste chirurgical a dû être effectué, surtout s’il a été mis en évidence une fissure intra tendineuse puisqu’aucun traitement conservateur ne peut améliorer la symptomatologie. Il a été réalisé un peignage avec synovectomie sous couvert d’une immobilisation pendant un mois. Tous les patients ont alors noté une nette amélioration de leurs symptômes puisque le score global donne 9 très bons, 18 bons, 12 passables et aucun mauvais résultats. Les patients traités par peignage présentent un indice de satisfaction subjectif très positif avec 33 cas satifaisants.

Avec un recul variant entre 1 et 4 ans, 15 ont retrouvé une activité normale et ne présentent plus aucun des signes cliniques ayant entraîné les consultations. Pour trois sujets et en raison d’un défaut de cicatrisation et de l’apparition de kystes synoviaux, une reprise chirurgicale a dû être réalisée au niveau de la cicatrice. Trois patients n’ont, pour l’instant, pu reprendre leur activité professionnelle antérieure et 3 sont en attente de la reprise d’une activité sportive intensive bien que la mobilité de la cheville soit, pour ces derniers, très satisfaisante.

Notre étude confirme la nécessité d’intervenir chirurgicalement par synovectomie peignage en cas de symptomatologie chronique des fibulaires, devant toute anomalie décelée au ténoscanner (en particulier une fissure) et en cas d’échec du traitement conservateur.



ABSTRACT

The tendinopathies of the side peroneal tendon are a relatively frequent pathology but still little is known about them. It is necessary to think of this in the case of any painful symptomatology, with or without instability, at the external face of the ankle. In our series, there is no reference to sex. On the other hand, they are more common among subjects of about fifty years of age and one also notes a clear prevalence with overweight subjects. With regard to our patients, it seems that the symptoms appear mainly at the time of antecedents of surgery on the level of the ankle or the foot (18 cases). Contrary to other studies and although the traumatic aetiology is recognised as prevalent in this pathology, only 15 out of 39 of our subjects presented a traumatic aetiology found at the interrogation and 6 others practised a sport regularly. The tenoscanner allows a direct visualisation of the tendons and neighbouring structures and the opacification highlights the longitudinal cracks. We had 30 tenosynovitis, 24 tendinous cracks and 3 osteotendineous conflicts. Certain cracks could not be detected because of the difficulties of diffusion of the product of contrast but no positive forgery was noted. Indeed, any anomaly visualised during the examination was confirmed by the per-operational diagnosis. In the event of chronic pathology, after failure of preserving a good follow-up treatment and confirmation of pathology by the tenotomodensitometry, a surgical gesture had to be carried out, especially if it highlighted a intra-tendinous crack, since no preserving treatment can improve symptomatology. It was carried out with a combination of synovectomy and meant immobilisation for one month. All the patients then noted a clear improvement of their symptoms since the total score gives 9 very good, 18 good, 12 passable and no bad results. The patients treated by combination present a very positive index of subjective satisfaction with 33 satisfactory cases. With a variable passing between 1 and 4 years, 15 took up a normal activity once again and no longer presented any of the clinical signs they had during the consultations. Due to a defect of healing and the appearance of synovial cysts concerning 3 subjects, a surgical recovery had to be carried out at the level of the scar. Three patients have still not been able to return to their former occupation and 3 need to wait before resuming an intensive sporting activity (although the mobility of ankle is, for the latter, very satisfactory). Our study confirms the need for making a surgical intervention by synovectomy in the event of chronic symptomatology of the peroneal tendon, in the case of any anomaly detected with the tenoscanner (in particular a crack) and in the event of failure of the follow-up treatment.



AUTEUR(S)
O. JARDÉ, R. COURSIER, J. VERNOIS, B. BARATTE, C. MANCHERON, E. HAVET

MOTS-CLÉS
Tendinopathie, Tibialis postérieur, Synovectomie, Débridement

KEYWORDS
Tendinopathy, Posterior tibialis, Synovectomy, Carding

LANGUE DE L'ARTICLE
Anglais

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (407 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier