ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Médecine et Chirurgie du Pied

Foot Medicine and Surgery
0759-2280
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 20/4 - 2004  - pp.93-102  - doi:10.1007/s10243-004-0027-7
TITRE
Syndrome capitométatarsien; la plus fréquente des métatarsalgies statiques

TITLE
Metatarsal head syndrome: the most frequent static metatarsalgia

RÉSUMÉ

La métatarsalgie «statique» figure parmi les douleurs les plus fréquentes du pied. Mais cette terminologie, peu précise, sur les plans anatomique et clinique, fait plus penser à un symptôme qu’à une pathologie à part entière. En fait, il existe un véritable syndrome capitométatarsien bien plus fréquent que le névrome de Morton, pourtant plus connu dans le milieu médical. Sa physiopathologie s’explique facilement par des vices architecturaux du métatarse, en particulier dans le plan transversal et frontal, des troubles métatarso-phalangiens, des défauts d’orteils... Dans la majorité des cas, il évolue lentement vers une aggravation chronique. Il débute par une douleur mécanique et/ou un durillon ou une griffe d’orteil. Le signe objectif le plus précoce et le plus spécifique est la surcharge d’une tête métatarsienne au podographe. Le syndrome capitométatarsien a le plus souvent une origine primitive (dysfonctionnement du premier rayon, brachymétatarsie, avant-pied embryonnaire) mais il peut être secondaire à un traumatisme (accident ou séquelle d’une chirurgie de l’avant-pied), un rhumatisme, une neuropathie... Parmi les traitements qui peuvent compenser les vices architecturaux, les orthèses plantaires et les chaussures adaptées ont une action antalgique indiscutable. En cas d’échec, il faut privilégier la chirurgie correctrice par rapport aux actes à visée antalgique.



ABSTRACT

Static metatarsalgia is one of the most frequent foot pains. However, this terminology is hardly accurate from anatomical and clinical points of view, and makes one think more of a symptom rather than a full fledged pathology. In fact, there is a real capitometatarsal syndrome much more common than Morton’s neuroma which is better known in medical circles. Its physiopathology can be easily explained by architectural metatarsal defects, particularly from transversal and frontal points of view, metatarsophalangeal troubles, toe defects,... In most cases, it slowly leads to a chronic aggravation. It starts with a mechanical pain and/or a callosity or a hammer toe. The earliest and most specific objective sign is the overload of a metatarsal head on the podograph. Most of the time, the capitometatarsal syndrome has a primary origin (dysfunction of the first ray, brachymetatarsy, D. Morton’s forefoot), but it can be the consequence of a trauma (an accident or after-effects of surgery on the forefoot), rheumatism, neuropathy... Among treatments which can compensate architectural defects, shoe inserts and adapted shoes unquestionably have an anodyne action. In case of failure, corrective surgery is preferable compared to acts aiming at sedation.



AUTEUR(S)
A. GOLDCHER

MOTS-CLÉS
Syndrome capitométatarsien, Métatarsalgie statique, Douleur, Avant-pied, Trouble statique

KEYWORDS
Static metatarsalgia, Pain, Forefoot, Static disorders

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (979 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier