ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Médecine et Chirurgie du Pied

Foot Medicine and Surgery
0759-2280
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 22/4 - 2006  - pp.183-192  - doi:10.1007/s10243-006-0092-1
TITRE
La «coxa pedis»

TITLE
The “coxa pedis”

RÉSUMÉ

La «coxa pedis» correspond à l’«articulation talo-calcanéo-navicularis». Structurée comme une énarthrose, il est possible de lui définir une épiphyse représentée par la tête et le col du talus et une cotyle structurée comme une cavité ostéo-fibro-cartilagineuse, à la constitution de laquelle concourent, comme éléments squelettiques, la surface articulaire postérieure du naviculaire et les surfaces articulaires des petites (sustentaculum tali) et grandes apophyses du calcanéus qui forment l’articulation sous-talienne antérieure; parfois divisées entre elles par un sillon, le plus souvent elles constituent une seule formation articulaire.

La surface articulaire comprise entre le naviculaire, le sustentaculum tali et la grande apophyse du calcanéus est complétée par un fibro-cartilage glénoïdien renforcé superficiellement par le ligament calcanéo-naviculaire plantaire qui, prenant naissance à la base et sur le contour antéromédial du sustentaculum tali, s’insère distalement sur le tubercule et le bord inféro-postérieur du naviculaire. Ce ligament correspond au fond de la coxa pedis et sous-tend une véritable glénoïde, revêtue de cartilage, en relation articulaire avec le versant inféro-médial de la tête du talus compris entre les versants du naviculaire et du calcaneus.

De plus, la présence de corpuscules proprioceptifs dans le ligament calcanéo-naviculaire plantaire fait penser à une fonction réceptrice cybernétique également de la coxa pedis.

Aux stades foetaux précoces (16e-17e semaine), les articulations talo-naviculaire et sous-talienne antérieure sont différenciées dans une unique structure articulaire présentant des caractéristiques morphologiques d’énarthrose.

Dans un sens plus ample, «coxa pedis» peut définir la signification fonctionnelle particulière d’une structure qui, de par ses données anatomiques, évolutives et cliniques, peut être analogiquement comparée à l’articulation coxo-fémorale avec laquelle, ainsi qu’avec le genou, elle s’intègre fonctionnellement dans la structure plus complexe du membre inférieur.

La différenciation énarthrosique proximale et distale au membre inférieur, avec le joint interposé représenté par le genou, est une prémisse biomécanique aux mécanismes de rotation (plan orthogonal aux axes segmentaires du membre) indispensables pour amorcer la stabilisation du membre dans la phase portante (chaîne cinétique fermée); et, à la succession des mécanismes intercurrents dans le plan frontal (translation latérale de la charge lors du démarrage de la phase portante) et dans le plan sagittal (phase oscillante).

Une référence particulière est faite à la pathologie glénoïdienne dégénérative et au syndrome de déstabilisation péritalienne.

Récemment, une référence à la «coxa pedis» (1999) a été faite dans l’édition mise à jour de l’Encyclopédie Médico-Chirurgicale rédigée par Biga, Moulies et Mabit.



ABSTRACT

The “coxa pedis” corresponds to the talocalcaneonavicular joint. This is a ball-and-socket joint with an epiphysis represented by the head and neck of the talus and a socket in the form of a bony, fibrous, cartilaginous cavity composed of the posterior surface of the navicular and the surfaces of the sustentaculum tali and large apophysis of the calcaneus, constituting the anterior subtalar joint. Sometimes divided by a groove, they usually form a single joint.

The joint area between the navicular, sustentaculum tali and the large apophysis of the calcaneus is completed by a genoid fibrocartilage reinforced plantarly by the plantar calcaneonavicular ligament. This extends from the base and anteromedial border of the sustentaculum tali to its distal insertion on the tubercule and inferoposterior edge of the navicular bone. It corresponds to the bottom of the coxa pedis and subtends a true cartilage-covered glenoid in an articular relationship with the inferomedial side of the head of the talus, between the navicular and calcaneal sides. Its inclusion of proprioceptive corpuscles suggests that the coxa pedis has a cybernetic receptorial function.

In the 16th- to 17th-week embryo, the talonavicular and subtalar joints are differentiated in a single ball-and socket joint.

The wider meaning of coxa pedis expresses the functional significance of a structure whose anatomical, evolutionary and clinical features are similar to those of the hip joint, with which, together with the knee, it integrates functionally in the lower limb.

Enarthrodial differentiation proximal and distal to the lower limb, with the knee in between, is the biomechanical premise for the rotatory mechanisms (plane at right angles to the segmentary axes of the limb) indispensable for securing its stabilisation in the weight-bearing phase closed kinetic chain), as well as for the succession of intercurrent mechanisms in the frontal (lateral translation of the load in initiation of the weight-bearing phase) and sagittal planes (oscillating phase).

Particular reference is made to degenerative glenopathy and peritalar destabilisation syndrome. Recent reference to the coxa pedis (1999) appears in the updated Encyclopédie Medico-Chirurgicale, edited by Biga, Moulies and Mabit.



AUTEUR(S)
G. PISANI, P.C. PISANI, E. PARINO

MOTS-CLÉS
Coxa pedis, Articulation talo-calcanéo, Naviculaire

KEYWORDS
Coxa pedis, Talocalcaneonavicular joint

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (712 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier