ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Médecine et Chirurgie du Pied

Foot Medicine and Surgery
0759-2280
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 25/2 - 2009  - pp.44-51  - doi:10.1007/s10243-009-0187-6
TITRE
Prise en charge thérapeutique du pied spastique: à propos de 116 cas

RÉSUMÉ

Plusieurs moyens thérapeutiques sont disponibles pour traiter le pied spastique et ainsi améliorer et prévenir les divers schémas de marche pathologiques chez les patients ayant cette déformation. Parmi ces thérapeutiques, on peut citer essentiellement: la rééducation, les injections de toxine botulinique, l’appareillage et la chirurgie. La réflexion porte donc sur l’indication et le moment de réalisation de chaque technique ainsi que sur le poids des incidents et leur efficacité en termes de spasticité, mais aussi d’amélioration fonctionnelle de la marche.

Cent seize patients ayant des pieds spastiques ont été sélectionnés sur une période de quatre ans et demi (de juin 2003 à janvier 2008) à partir d’une consultation spécialisée multidisciplinaire de spasticité. Il s’agissait de patients âgés de 39,6 ± 24 ans en moyenne et ayant une infirmité motrice cérébrale dans 52 cas (44,82 %), une hémiplégie vasculaire dans 50 cas (43,10 %), un traumatisme médullaire dans six cas (5,17 %), un traumatisme crânien dans cinq cas (4,31 %) et une maladie héréditaire dans trois cas (2,58 %). Une évaluation analytique de la spasticité par le score d’Ashworth et fonctionnelle de la marche par le locomètre de Bessou a été effectuée pour chaque patient. Des blocs anesthésiques à la lidocaïne non adrénalinée à 2 % (xylocaïne) ont été pratiqués chez 64 patients afin d’affiner le diagnostic. L’injection de toxine botulinique type A a été indiquée dans 60 cas et n’a été effectuée que dans 12 cas. Une neurotomie sélective a été indiquée dans 19 cas et pratiquée que dans un seul cas. La chirurgie orthopédique a été indiquée chez 29 patients: allongement du tendon calcanéen (20 cas), aponévrotomie de la lame des jumeaux (neuf cas), transfert du muscle tibial antérieur (neuf cas). Des plâtres de correction ont été utilisés en association à la toxine botulique ou après le traitement chirurgical. Des aides techniques (orthèses releveurs du pied, déambulateurs et cannes) ont été prescrits en cas de besoin.

Après bloc, nous avons retrouvé un gain constant du score d’Ashworth modifié de l’ordre de deux points en moyenne. Le gain moyen de la mobilité articulaire a été de 12,25°, celui de la force des muscles antagonistes a été de 0,92 point. L’analyse de la marche après les blocs n’a pas objectivé d’amélioration de la vitesse de la marche ni de la longueur du pas. Après injection de la toxine botulinique, nous avons noté un gain constant de la mobilité articulaire passive de 14 ± 7,4° en moyenne et une régression constante de la spasticité de 1,5 point en moyenne selon l’échelle d’Ashworth modifiée. Une amélioration de la vitesse de marche de 0,2 m/s en moyenne et de la longueur du pas a été constatée. Tous nos patients avaient une accélération de la vitesse de marche, dans 24 cas un appui plantigrade et dans 22 cas une correction de la déformation. Ces résultats ont été obtenus grace aussi à l’utilisation d’attelles releveurs du pied qui ont été prescrites dans 17 cas et à un appareillage de posture qui a été prescrit dans 18 cas.

Les indications thérapeutiques des pieds spastiques se discutent en tenant compte du type et de la gravité des lésions et de la demande du patient. Les bonnes indications sont celles qui font suite à une bonne évaluation analytique et fonctionnelle du malade lors d’une consultation multidisciplinaire.



ABSTRACT

Several therapeutic solutions are used for the treatment of spastic foot and the prevention of the appearance of a pathological gait in patients with this deformity. These therapeutic solutions can include rehabilitation, botulinum toxin injections, orthoses and surgery. We therefore need to decide which technique to choose and when to use it, as well as considering the effects of the various methods on spasticity and recovery of normal walking functions.

Fifty nine patients with spastic feet were selected (between June 2003 and January 2008), following consultation with a multi-disciplinary specialist team. The patients’ mean age was 39.6 ± 24 years, and they suffered from the following disorders: cerebral palsy in 52 cases (44.82%), stroke in 50 cases (43.1%), spinal cord injury in six cases (5.17%), brain injury in 5 cases (4.31%) and hereditary disease in 3 cases (2.58%).

An analytical assessment of spasticity was performed using the Ashworth score and functional evaluation of walking was performed with Bessou’s locometer for every patient. Motor blocks were performed with 2% lidocaine without adrenaline (xylocaïne) in 64 patients to improve the diagnosis. Botulinum toxin A injections were indicated in 60 cases and performed in only 12 cases. Selective neurotomy was indicated in 19 cases and performed in only one case. Orthopaedic surgery was performed in 29 cases. Lengthening of the Achilles’ tendon was performed in 20 cases. Gastrocnemius aponeurotomy was performed in nine cases. Transfer of the tibialis anterior was indicated in nine cases. Correction plasters were used in conjunction with botulinum toxin injection or after surgical treatment. Technical assistance was prescribed where necessary, e.g. foot orthosis, walkers and crutches.

After anaesthetic blocks, the Ashworth modified score showed constantly decreased spasticity (two points). The average increase in joint mobility was of 12.25° and that of antagonist strength was 0.92 point. There was no significant improvement in walking speeds and step length after blocks. After botulinum toxin injection, the gain in joint mobility was 14 ± 7.4° and spasticity regression was 1.5 point, with improvement in walking speed of 0.2m/s and increased step length. Surgical interventions were associated with walking speed acceleration, improved plantar support in 24 cases and correction of distortion in 22 cases. Foot orthoses were prescribed in 17 cases and posture braces were prescribed in 18 cases.

The therapeutic decision in cases of spastic foot must be discussed on a case by case basis depending on the type and severity of lesions and the desires of the patient. Correct indications are those made as a result of good patient assessment by a multi-disciplinary team.



AUTEUR(S)
S. GHROUBI, O. KHARRAT, A. YAHIA, O. JAZIRI, M. ELLEUCH, M.H. ELLEUCH

MOTS-CLÉS
Pied spastique, Bloc moteur, Toxine botulinique, Appareillage, Chirurgie

KEYWORDS
Spastic foot, Motor block, Botulium toxin, Orthosis, Surgery

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (210 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier